Anderlecht perd 5-1 à Lyon

JEUDI, 20 AOÛT 2009, 01:51 - Carloche
Logo Anderlecht-Online

Il semble qu'Anderlecht ne participera pas à la Champions League cette année encore! Les Mauves ont subi une lourde défaite 5-1 à Lyon, rendant ainsi le match retour à Bruxelles presque inutile.


Lyon a bien entamé la partie en mettant directement Anderlecht sous pression. Après à peine dix minutes, le score est déjà de 1-0 à l'avantage des français: Lisandro Lopez est légèrement accroché juste à l'extérieur du rectangle offrant un coup franc bien placé aux Gones. Le bosniaque Pjanic convertit le coup franc alors que Silvio Proto reste cloué sur sa ligne. Après ce but d'ouverture, Anderlecht essaye (enfin!) de montrer le bout de son nez. Suarez est probablement accroché par Lloris (très légèrement!) dans la surface mais l'arbitre indique clairement qu'il n'y avait pas de faute. Sur la contre-attaque lyonnaise, Lopez va au duel avec Proto; ce dernier touche la balle... ce qui n'empêche pas l'arbitre de siffler un penalty cette fois mais contre les Belges (comme d'habitude!); il en profite pour donner un carton jaune à Proto, tant qu'à faire! Lopez convertit le penalty d'un bon tir et le score passe à 2-0 avant le quart d'heure! Anderlecht essaye de rétablir l'équilibre mais les Lyonnais gardent la maîtrise du jeu. Cinq minutes avant la mi-temps, le scénario de rêve se produit pour Lyon: Bastos sort une magnifique balle brossée de l'entrée du rectangle à gauche de Proto et celle-ci heurte le montant droit droit de Proto pour faire le 3-0. Quelques minutes plus tard, Gomis, étrangement esseulé au milieu de la défense, marque le 4-0 du point de penalty.

Gillet est remplacé à la mi-temps par Legear. Les Mauves tentent de jouer au football pendant que les Lyonnais se contentent de gérer; à 4-0, on le comprend! Les mauves se créent deux occasions que Legear et De Sutter vendangent. Enfin, alors que la défense lyonnaise se laissait un peu (trop!) aller, De Sutter dévie de la tête pour Suarez un dégagement de Proto. L'Argentin dribble joliment Lloris et sauve l'honneur (???) des Mauves... ou du moins ce qu'il en reste! Quelques minutes plus tard, Gomis, sur une belle passe de Bastos, passe entre les deux défenseurs centraux, dribble Proto et marque le 5-1. Ce score aurait pu d'ailleurs être encore plus lourd si Delgado (qui a remplacé Lopez) n'avait pas vendangé quelques occasions relativement faciles... tout en permettant à Proto de se mettre (enfin!) en évidence.


Résultat: 5-1
Buts: 09' Pjanic (1-0), 14' Lisandro (pen 2-0), 40' Bastos (3-0), 43' Gomis (4-0), 58' Suarez (4-1), 64' Gomis (5-1)

Lyon: Reveillere, Cris, Bodmer, Cissokho, Toulalan, Kallstrom (63' Makoun), Pjanic, Bastos, Lopez (71' Delgado), Gomis (82' Honorato Campos)
Anderlecht: Proto, Van Damme, Deschacht, Juhasz, Wasilewski, Boussoufa, Biglia, Polak, Gillet (46' Legear), Suarez, De Sutter (71' Romelu)

Jaune: 13' Proto, 14' Van Damme, 67' Suarez, 69' Polak
Rouge: /

Arbitre: Wolfgang Stark (Dui)
Stade: Stade de Gerland



Avis personnel de l'auteur

J'ai envoyé un SMS à un ami un peu avant la mi-temps; ce SMS au ton désagréable avait sans doute prophétiquement résumé l'ensemble du match en 160 caractères: "Drôle de match: ça commence par une sélection de merde par Jacobs, ça continue avec un arbitrage de merde par l'allemand, puis un jeu de merde par les mauves!!".

Je maintiens ce point de vue!!

Dès que j'ai vu le 11 aligné, j'ai compris qu'on était là pour jouer le coup de poker sur base défensive... et que l'on risquait de se faire avoir!! C'est ce qui s'est produit. Aligner le trio Polak-Biglia-Gillet est inutile quand on joue contre une équipe qui sait jouer au football comme Lyon: ce trio se marche dans les pieds dans l'axe et n'arrive à construire que face à une équipe de bas de classement en Jupiler League! Face à une équipe qui sait jouer au football, on est débordé car on recule trop et on n'arrive pas à créer le danger dans l'axe: les attaquants sont isolés et souvent hors de position. Ils ne peuvent pas construire et doivent donc temporiser, tout en risquant de perdre le ballon (c'est d'ailleurs ce qui s'est produit tout au long du match!). Simultanément, il fallait que le triangle magique récupère et construise (c'est ce qui ne s'est pas souvent produit). Trois milieux de terrains pour beaucoup de pertes de balles et trop peu de récupération, c'est mal barré! En même temps, cette stratégie permet à l'équipe adverse de créer du danger par ses flancs, pour peu qu'elle dispose de joueurs rapides. C'était le cas! Les leçons des test-matches ne semblent pas avoir porté à Jacobs! Un Chatelle d'entrée de jeu aurait pu déséquilibrer la défense lyonnaise en pesant dessus et faire un peu plus faire reculer les Gones. Le 2-0 au quart d'heure était volé peut-être en raison de l'arbitrage mais pas tant que ça au vu du jeu produit par les Lyonnais et pas du tout au vu du jeu produit par les Mauves.

L'arbitrage était tout ce qu'il y a de plus normal... dès qu'il s'agit d'un club belge en Europe: L'arbitre a été dans la droite lignée des arbitrages tendancieux face à Lyon et au Bayern en 2004 et Bordeaux en 2007 (penaltys imaginaires) et de celui face au Bayern en 2007 (la deuxième jaune à Wasilewski contre pour la jaune de Luca Toni). Nous avons donc vu des penaltys légers et des cartes jaunes à sens unique! Le coup franc du premier but était peut-être léger; aucune importance, le penalty sur Lopez était tout aussi imaginaire que celui de 2004. On ne mentionnera même pas les cartes jaunes de Polak et Suarez vu que des Lyonnais auraient dû en avoir pour le même genre de faute... mais non! Pour le même prix et dans un esprit de cohérence allemande (ACH!), on aurait pu avoir un penalty sur Suarez (quoique, et en tout honnêteté, ce dernier était coupable d'une faute de main involontaire avant que Lloris ne l'accroche)... Le plus drôle est que l'arbitre semble presque avoir fait de la compensation intelligente en accordant des coups francs légers aux Mauves... après que le score ait été 2-0 en un quart d'heure! Cela étant et malgré l'arbitre, le score de 2-0 n'est pas volé et le score final était même léger!

Enfin, les Anderlechtois n'étaient nulle part pendant la première mi-temps et pas tellement plus incisifs lors de la seconde: n'ayant rien construit pendant le premier quart d'heure (suite au ils ont été menés 2-0), ils ont été maladroits pendant le reste du match. A cet égard, les déclarations de Jacobs et de De Sutter dans les deux articles suivants sont à pleurer (ou mourir de rire, c'est selon!!!). Une analyse ligne par ligne est édifiante. Les trois ou quatre beaux arrêts de Proto sont intervenus quand le score était déjà 5-1; avant cela, il avait peut-être effectué deux ou trois arrêts faciles. La ligne défensive n'était pas sûre; même si Deschacht a fait trois ou quatre bonnes interventions, il y avait trop d'occasions lyonnaises en raisons de leurs joueurs trop souvent libres sur le flanc et /ou dans l'axe. En milieu de terrain, Polak et Gillet ont été parfois approximatifs et souvent transparents. Biglia a récupéré des ballons... mais en a perdu beaucoup trop en essayant des passes "tranchantes" (il fallait peut-être l'informer qu'il ne jouait pas contre Roulers!). Boussoufa, Suarez et De Sutter (et plus tard, Lukaku) étaient trop isolés et ils ont trop tricoté les rares fois qu'ils avaient la balle; le reste du temps, ils ont surtout couru dans le vide comme des poulets sans tête!

Oui je suis mauvais. Oui je suis de mauvaise humeur. Je ne suis pas content pour toutes ces raisons: je reproche à l'entraîneur d'avoir été frileux, je reproche à l'arbitre d'avoir été partial et je reproche à nos joueurs de n'avoir rien montré et de ne pas avoir joué correctement: ni rigoureusement, ni intelligemment, ni de manière engagée. Ce n'est pas une équipe belge comme on les aime; ce n'est pas une équipe belge sans complexe comme le Standard contre Liverpool, Everton et la Sampdoria; ce n'est pas une équipe belge comme celle qui a fait la fierté des belges dans les années 90 quand nous n'avions pas la même qualité mais nous y croyions! C'était une équipe de "petits belges" à l'image des travers de notre équipe nationale: heureux d'être là, peureux de perdre, jouant avec le frein à main et impatients de demander le maillot dédicacé des adversaires à l'issue du match. Une équipe à la Vandereycken avec les mêmes résultats!

La bonne nouvelle, c'est qu'au vu de ce match, aucune de nos stars ne sera sur les tablettes de qui que ce soit pour un transfert (sauf Suarez, peut-être)! La mauvaise, c'est que le football belge et bruxellois, après être avoir touché le fond ces dernières années sur l'échelle continentale, semble continuer de creuser!!! Avec un peu de chance, on trouvera du pétrole...



anderlecht-online forum