Les humeurs des supporters (20)

MERCREDI, 14 AOÛT 2019, 02:19 - Bomber
Logo Anderlecht-Online

OPINIONS Et pour conclure, voici une "humeur" qui risque de faire réagir!
Olivier n'y va pas avec le dos de la cuiller pour stigmatiser la gestion du club qu'il juge chaotique et catastrophique.
Et même Vincent Kompany en prend pour son grade.

Le RSCA, histoire d’une chute qui n’en finit plus ou l’aboutissement du grand concours de l’incompétence.

Aujourd’hui, 8 août 2019, on peut raisonnablement douter de la future participation du Sporting aux Play-offs 1, au printemps 2020. Pas au vu des résultats (médiocres) des deux premières journées de championnat et des matches amicaux d’avant-saison surréalistes (pas de recherche d’équipe-type mais une revue inutile de l’effectif), mais bien à la vue du noyau A qui comporte des trous, inconnues et incohérences énormes.

En cause ?

Une politique de recrutement sans queue ni tête qui illustre les errements successifs de la direction du club depuis des années et cela continue de plus belle.

Qui aurait pu croire voici quelques années que le Sporting débuterait un championnat sans un seul attaquant valide, étant le seul club de l’élite à être dans le cas ?

C’est tout simplement grotesque et marque un amateurisme indigne du club.
Et la remarque vaut aussi pour le poste d’arrière-droit (cela dure depuis des années, Guillaume Gilet doit s’en souvenir, lui qui fut obligé de jouer à cette place contre son gré et qui a vu le RSCA éliminé en coupe d’Europe par Hambourg à cause de cela, en mars 2010.)

Combien de transferts ratés, de manquement depuis une dizaine d’années ?
La liste est colossale mais restons sur le temps présent.
On croyait le sommet de l’amateurisme atteint voici un an avec le recrutement massif et hâtif par Luc Devroe de joueurs ‘moyens’ tout simplement indignes de l’ADN du Sporting (sauf Dimata).
On ne reviendra plus non plus en détail sur le parcours européen risible de l’équipe, ni sur une sixième place en Play-offs synonyme de bannissement européen.

Mais quel désastre aujourd’hui !
Vendre Bornauw, alors que l’on crie sur tous les toits que l’on mise désormais sur les jeunes du club au prétexte que ce jeune international belge (U21) ne correspond pas « au style » voulu par Kompany est tout bonnement inacceptable.

Et on découvre aussi que Saelemakers courtisé notamment par Lyon, et qui fut la plus belle éclaircie de la saison 2017--2018 va sans doute quitter le club pour la même raison !

Et si le Style Kompany échoue lamentablement dans quelques mois, que dira-t-on aux supporters ? Que les grands talents que sont Bornauw et Saelemakers peuvent revenir ? Et que dire du secteur offensif que l’on va devoir subir cette année ? Verschueren compte désormais sur Thelin, totalement invisible en Bundesliga et qui n’a marqué que des penalties à Waasland-Beveren ! Alors que Mbokani était libre tout comme Wilfried Bony et tant d’autres !

Roofe est sans doute une bonne recrue et Dimata est le seul élément de qualité recruté l’an dernier.
Mais quel club pourrait se contenter de deux attaquants ?
Et que dire du milieu de terrain qui se profile ?
Avec un Zulj perdu, tout seul pour faire tourner la barraque puisque Vlap et Verschaeren jouent un cran et demi devant lui….
Pas besoin de Biglia ?
Pas besoin de Trebel ?
Pas besoin de puissance au milieu du jeu ?
Non, si on vise la 7ème ou la 8ème place !

Aujourd’hui, le très intelligent Kompany mais aussi novice entraîneur-manager est en train de faire la même colossale erreur commise par le président Coucke depuis l’an dernier, à savoir tout balayer à la vitesse TGV de la cave au grenier… pour qu’il ne reste rien ou presque de l’ADN du club.

Les réformes en profondeur étaient certes nécessaires et elles le sont encore aujourd’hui.
Mais le rythme dément de celles-ci risque conduire le Sporting dans l’abîme, c’est-à-dire dans le ventre mou du classement.

Messieurs Coucke et Kompany, aucune entreprise n’a jamais réussi à se relever à court terme lorsque des dirigeants trop pressés voire incompétents ont usé du Karsher jour et nuit et ont fait peur à tout le monde dans et en dehors des locaux.
Or, aujourd’hui le vestiaire des joueurs a peur et le nombre de supporters effrayés augmente de jour en jour.
Et, pour ma part, je parie sur un bilan chiffré désastreux d’ici le 15 septembre.
Vous imaginez le spectacle contre Brugge, l’Antwerp, Genk et le standard sans milieu de terrain digne de ce nom, sans arrière droit (et gauche) et avec deux attaquants éclopés et un tout juste arrivé ?

La tactique (de carnaval) de Kompany de tout faire partir de l’arrière avec quelques joueurs limités techniquement fait déjà rire dans tous les coins du pays.
Un redressement est possible, en recrutant 5 joueurs, tout le monde la sait.
En attendant, Brugge, l’Antwerp, Genk le Standard et Gand sont devant nous et le resteront.

Pour combien de temps ?
C’est tout de suite qu’il faut investir pour combler le fossé qui nous sépare des vraies grandes écuries de Belgique. Tout en misant sur les jeunes.
Sans arrière droit et gauche, en maque de défenseurs centraux, impuissants au milieu du jeu et en carence devant, il n’y a aucun espoir, ni à court terme, ni à moyen terme.

On parie ?



Source: © Source interne



anderlecht-online forum