Les humeurs du Bomber. Des gazelles face à des poulets sans tête !

VENDREDI, 20 DÉCEMBRE 2019, 12:09 - Bomber
Logo Anderlecht-Online

OPINIONS

Devinez qui sont les poulets et qui sont les gazelles ?
En réalité c’était même davantage le renard dans la bassecour ou le loup dans la bergerie et le prédateur s’est régalé.



Bien sûr, on s'attendait à être éliminé. Je nous donnais au maximum 10 pour-cent de chances et je le répétais à qui voulait l'entendre avant la rencontre. Il serait donc inconvenant de jouer les vierges effarouchées au vu du résultat, mais il y eut la manière.

Depuis des années, le Sporting a galvaudé tout son pognon en transferts foireux. En très peu de temps, à force de faire tout et n’importe quoi, la situation s'est totalement inversée. Bruges a désormais un budget nettement supérieur à celui d'Anderlecht, le club transfert "juste" et est remarquablement bien géré. 
Dans une situation normale, ce match aurait constitué un duel au sommet entre les deux plus "grands" de notre championnat. Las ! C'était une rencontre entre l'équipe qui survole notre compétition et qui s'est remarquablement comportée en Champions League et une autre qui est dans le ventre mou du classement, dans la colonne de droite du tableau.
Cela me fait horriblement mal de devoir l'écrire, mais c'est la triste réalité des choses.
Il n'y avait dès lors qu'une seule pour tenter de pouvoir renverser l'ogre brugeois, jouer avec détermination, compenser le manque de qualités footballistiques par un engagement physique total, aller au charbon, jouer le couteau entre les dents. On n'a rien vu de cela. Nos joueurs se sont pour la plupart laissé bousculer avec complaisance et les rares qui ont essayé de de mettre de l'intensité physique rebondissaient sur les Brugeois plus costauds.

Le tout avec la complicité d'un arbitre qui, j'insiste, n'a nullement orienté le résultat par de mauvaises décisions, mais qui a toléré tout au long du match des interventions limites des Blauw en Zwart alors qu'il sifflait lorsqu'un Mauve tentait de répliquer. Les interventions illicites des Anderlechtois étaient certes plus visibles, certains les qualifieront de moins professionnelles.
Cette vision des choses m'a toujours exaspéré, quelle que soit l'équipe concernée.
Le règlement stipule clairement que l'on ne peut pas pousser, tirer le maillot ou jouer des coudes.
Le joueur qui ne respecte pas ces préceptes commet donc une faute. Punt aan de lijn! Et qu'on ne vienne pas me bassiner avec les rengaines du style le foot c'est un sport d'homme, ce n'est pas de la danse classique ou cela fait partie du jeu. Certains n'hésitent pas à ajouter des remarques comme "tu imagines si on devait tout siffler". Eh bien non, cela ne correspond pas à ma vision du foot.
Au fil des années, j'ai vu trop d'équipes l'emporter non pas parce qu'elles étaient les meilleures, mais parce qu'elles utilisaient des artifices illicites leur permettant de l’emporter.

Attention, même si cela ne correspond nullement au football que j’apprécie, je n’ai rien à reprocher à une équipe qui joue à dix derrière, qui bétonne, qui parque le bus devant son but … tant qu’elle le fait avec engagement et détermination sans brutalité, coups fourrés, intimidation et pertes insupportables de temps. Le problème, c’est qu’il est rarissime de rencontrer ce cas de figure ; en général, tous les moyens sont bons pour empêcher l’adversaire de marquer.

Chacun aura évidemment son point de vue en vertu de sa conception du foot et de ce qui est acceptable ou non pour l’emporter, mais je voudrais partager avec vous le message que m’a envoyé ce matin un de mes amis les plus proches :
"Ce jeu plus que limite est l'apanage de quelques-uns, comme Bruges ou l'Antwerp en D1, et est toléré depuis bien trop longtemps par les arbitres.
Tant que le Sporting pouvait compenser par la technique, la vitesse et la tactique, ça allait, mais avec nos U21 qui se font avoir comme des bleus ... 😞
Combien de fois Javaux n'a-t-il pas dit qu'il y avait un règlement pour tout le monde, et un autre rien que pour Timmy Simons ? Mais avec les dirigeants brugeois à la tête de l'Union belge ou de la ligue pro, rien à faire.
Par contre, ce qui m'énerve chez les jeunes, c'est cette nonchalance coupable qui les fait perdre des balles parce qu'ils ne font pas attention aux joueurs adverses qui arrivent dans leur dos pour leur prendre le ballon dans les pieds et qui commettent ensuite des fautes en essayant de se rattraper!".

Ceci dit, et je me répète afin d’éviter tout malentendu, je n’incrimine nullement le referee qui a sifflé comme le font quasiment tous les arbitres de nos jours. Je déplore simplement une conception globale de l’arbitrage qui favorise quelque part les joueurs malins, au sens étymologique du terme.
La victoire de Bruges est archi méritée et elle ne souffre aucune discussion.
Ce qui fait le plus mal, c’est de constater l’écart, le fossé, l’abîme qui existe aujourd’hui entre les deux formations. Les Brugeois se sont baladés ; ils n’ont même pas dû forcer.
J’éprouvais la fâcheuse impression que le Sporting affrontait un ténor européen, une de ces équipes dont on dit qu’étant donné les moyens dont elle dispose, on ne boxe pas dans la même catégorie.
Non, ce n’était pas le Real, le Barça, le PSG ou Liverpool qui déroulait, mais le FC Brugge !

Un grand club ne meurt jamais, dit-on, il serait urgent de le prouver du côté de Saint Guidon!
 

Source: © Source interne



anderlecht-online forum