Les humeurs du Bomber. Le néant du terrain!

VENDREDI, 1 OCTOBRE 2021, 10:58 - Bomber
Anderlecht-Online No Image Found

OPINIONS

Je ne pensais sincèrement pas réagir à la diffusion du « Milieu du terrain ».
A quoi bon ! Que pourrais-je ajouter ? Je ne suis pas enquêteur ni magistrat.
Vos messages, vos questions et vos partages d'impression m'incitent néanmoins à réagir.

 



Qu'avons-nous appris réellement de neuf ? Pas grand chose puisque les faits énoncés en début de reportage étaient connus depuis bien longtemps et que les scoops relatifs à Sébastien Delferière avaient déjà fuité.
A l'instar de la bande annonce de certains films, on avait tout compris sans devoir se déplacer au cinéma.
Pour le reste, les journalistes se livrent à un lynchage médiatique de Mogi Bayat qui leur a valu une plainte pour diffamations de la part du protagoniste principal de leur investigation.

Mes réactions épidermiques au vu de l'émission furent la déception, le dégoût et une envie de plus jamais regarder de match de foot.
Mais ce sentiment n'est pas nouveau, il refait surface à chaque nouvelle affaire de corruption.
Ensuite, j'ai repensé à certaines rencontres internationales et pas des moindres.
Pour ceux qui étaient déjà de ce monde, vous souvenez-vous du penalty flagrant refusé en 1994 à la Belgique à 5 minutes de la fin face à l'Allemagne en huitième de finale de coupe du monde et du but de Wilmots au même stade de la compétition contre le Brésil, annulé sans aucune raison en 2002 ?
Que dire de l'apathie du même Brésil 4 ans plus tôt en finale du Mondial qui permit à la France de coiffer ses premiers lauriers ?
Le foot est un microcosme d'une société gangrenée par le fric à tous niveaux et la petite Belgique n'y échappe évidemment pas.

L'autre grande victime de ce flingage télévisuel n'est autre que Sébastien Delferière, ancien numéro 1 de l'arbitrage en Belgique.
Je dois avouer qu'en revoyant les images de la rencontre opposant Les Zèbres aux Buffalos, il y a de quoi se poser de sérieuses questions. Et le sentiment qu'elles m'ont inspiré est de nouveau une immense déception, car j'ai toujours pensé que Delferière était plus une victime collatérale qu'un acteur impliqué concrètement dans un mécanisme de corruption. A mes yeux, il avait essentiellement commis l'imprudence de ne pas bien choisir ses amis et d'avoir été maladroit.

Je voudrais conclure par quelques réflexions que m'ont inspiré cette enquête.Si nous sommes dans un monde où le fric est roi, nous vivons parallèlement une époque où le sensationnalisme en est son bouffon. Le but , même de médias reconnus sérieux comme la RTBF, consiste à faire le buzz et tant pis si l'on n'a pas le temps de recouper ou de vérifier ses sources. Le risque est de s'aventurer sur le terrain extrêmement glissant du raccourci, de la désinformation, voire de ce que l'on a coutume d'appeler aujourd'hui la fake news.
Je n'imagine pas un seul instant que Mogi Bayat soit plus immaculé que Blanche-Neige, mais son action en justice contre les auteurs du reportage était prévisible à partir du moment où les « preuves » ne sont jamais apportées que par des témoignages anonymes et que l'affaire est à l'instruction en justice.

Je ne peux personnellement apporter le moindre crédit aux propos d'un Duchatelet qui a toujours prétendu que le titre de 2014 avait été volé au Standard. Sans affirmer qu'il n'y a pas eu l'un ou l'autre fait de match regrettable, les Rouches ont essentiellement perdu le titre de leur faute. Dans ses propos, l'ancien maître de Sclessin omet de préciser qu'à l'issue de la première rencontre des playoffs, le Standard comptait 8 points d'avance sur le Sporting suite à une victoire contre les Mauves. Curieux pour un titre offert au Sporting !!!!

Enfin, je constate que le beau chevalier blanc de cette saga est le FC Brugge. Si Anderlecht me parait particulièrement visé, Genk et le Standard en prennent également pour leur matricule, mais les Brugeois échappent totalement à la moindre critique.
Il ne faut pourtant pas être le pire des calomniateurs pour estimer que depuis quelques années, les Gazelles profitent allègrement des largesses des hommes autrefois de noir vêtus. Combien de penalties litigieux sifflés en leur faveur ou non sifflés en leur défaveurs ? Combien de hors-jeux potentiels pour lesquels le verdict leur fut favorable ? Combien de cartes rouges non brandies par mansuétude de l'arbitre ? Interpellant non ?
Ah oui, c'est exact, ces faits sont relativement récents et ne sont pas liés à l'affaire Bayat.
Prenons-en acte en pensant que cela fera l'objet d'une nouvelle enquête de Thierry Luthers. Comment ? Il sera bientôt pensionné ! Il y aura bien quelqu'un intéressé pour réaliser un « Milieu du terrain 2 » ?
Vous en doutez ? A vrai dire moi aussi !

 

 



Source: © Source interne



anderlecht-online forum