Les humeurs du Bomber. Le triomphe de la sournoiserie!

MARDI, 2 NOVEMBRE 2021, 01:13 - Bomber
Anderlecht-Online No Image Found

OPINIONS

J'ai passé deux semaines à l'étranger et même s'il m'était possible de visionner les rencontres du RSCA, j'ai délibérément fait le choix de m'en abstenir, mises à part les 20 dernières minutes de la rencontre contre le Beerschot.
Le constat est sans appel, je suis plus cool lorsque je ne suis pas les matchs su Sporting en direct.



J'ai toujours été un passionné. Qu'il s'agisse de mes relations humaines ou de mon boulot, de la préparation d'un voyage ou de la pratique d'un sport, je me donne toujours à fond dans ce que j'entreprends.
Attitude positive me direz-vous ! Certes, mais je m'investis tellement et je prends les choses tellement à cœur qu'il m'arrive de tomber dans un excès qui peut être source de tension et de stress en ce qui me concerne et qui peut devenir exaspérant pour mon entourage.

Bien entendu, le foot n'échappe pas à ce trait de ma personnalité.
Je renchérirai même en affirmant qu'il est le principal vecteur de comportements dictés par une passion irrationnelle alors que je m'efforce en général de faire triompher la raison en m'employant à brider mes émotions.
Lorsqu'il s'agit du ballon rond, je dois confesser humblement que le passionnel l'emporte fréquemment sur le rationnel.

Tout se prologue pour en venir à la rencontre d'hier soir dont je viens de voir enfin un résumé sur le coup de 20 heures ce lundi de Toussaint après avoir lu moult commentaires dans la presse et sur les réseaux sociaux.
J'étais sur la route à environ 300 kilomètres de chez moi quand mon fils m'a appelé une première fois pour me signifier qu'après seulement 5 minutes de jeu, OHL venait d'ouvrir la marque.
Ce fut le premier d'une série d'appels passés entre 18h35 et 20h25 au cours desquels il me narra les différentes phases litigieuses épinglées durant la partie qui se soldèrent toutes par des décisions défavorables à Anderlecht. Il était vraiment exaspéré par un arbitrage qu'il jugeait tendancieux et ses commentaires firent remonter mon adrénaline à un moment où la fatigue l'emportait après trois journées passées sur la route.

A ce stade de cette chronique, une précision notable s'impose : mon fils est toujours plus pondéré que moi quand il suit un match et nous en arrivons parfois à nous disputer lorsque la passion et la déception peuvent embrumer quelque peu ma raison et me faire perdre mon sang froid. Je sais donc pertinemment bien qu'il n'est pas du style à balancer des absurdités totalement infondées.
Quels étaient donc les éléments qui présidaient à son irritation ?
Il y eut le laxisme du référée par rapport à des interventions très musclées des Louvanistes, la faute de main non sifflée dans le rectangle (oui, je sais, ce genre de phase prêtera éternellement à discussions), le but refusé à Hoedt pour une poussée insignifiante (si l'on siffle sur cette phase, il faut avoir le courage de siffler 15 penaltys sur les phases arrêtées) et surtout l'exclusion de Murillo suite à l'attitude scandaleusement provocatrice et anti-sportive de Dewaest qui devrait prendre une sanction exemplaire non seulement pour son geste, mais davantage encore pour s'en être vanté.
Dewaest, en somme, ce n'est jamais qu'un Ramos de catégorie inférieure se rendant coupable des mêmes saloperies que l'Espagnol sans posséder les qualités footballistiques l'ex-capitaine du Real.

Certains n'hésiteront pas à considérer la provocation de Dewaest comme une forme d'intelligence et de professionnalisme, voire pire, comme j'ai pu le lire de la part d'un supporter anderlechtois, estimer que tous les moyens sont bons pour l'emporter.
Je n'ai jamais pu supporter ce type de conception profondément immorale et abjecte.
« Football is only a game » disaient autrefois les Britanniques. Celui qui fut le premier à énoncer cette formule doit se retourner pour l'éternité dans sa tombe en voyant ce que ce « jeu » est devenu à notre époque.
De nos jours, malheureusement, football is only a business où l'esprit sportif et le fair-play ne sont plus de mise.

Je sais pertinemment bien qu'un pro doit être à même de résister aux provocations et qu'il ne peut en aucun cas se faire justice lui-même, mais j'ai toujours été révolté par le fait que le provocateur n'est pratiquement jamais puni alors qu'il devrait être bien plus lourdement sanctionné que sa victime.
Laisser triompher le manipulateur sournois et cynique, souvent brutal de surcroît, en ne lui infligeant aucune peine alors que son adversaire écope généralement d'une lourde suspension m'est insupportable et a le don de m'irriter au plus haut point.
L'équité et la morale devraient permettre de punir sévèrement les tricheurs même si leurs actes ont échappé à l'arbitre et au VAR au moment des faits, mais ce sont des notions qui n'ont hélas plus cours dans les hautes sphères du football à notre époque.



Source: © Source interne



anderlecht-online forum