Magie et Grande Illusion, un billet de Kargamel

MARDI, 9 NOVEMBRE 2021, 10:15 - kargamel
Anderlecht-Online No Image Found

OPINIONS Les temps sont durs.
Ce satané virus, loin de n'être plus qu'un mauvais souvenir, n'en finit plus de s'accrocher à nos vies comme le célèbre sparadrap au Capitaine Haddock, un peu, en somme, comme les déconvenues enregistrées par les troupes de Captain Kompany...
 

Les débats, presque polémiques se multiplient ça et là sur le forum, qui remplit ainsi parfaitement sa mission d'exutoire.

Porté disparu sur le site pour cause de force majeure, je n'ai pas été en mesure de délivrer l'École des Fans que de nombreux adeptes d'Anderlecht-on line attendaient.
Je remercie au passage chaleureusement tous ceux qui se sont inquiétés de mon sort et qui m'ont envoyé quelques mots très attentionnés.
Merci !

Moins au taquet qu'à l'accoutumée, j'ai toutefois pu constater, non sans une certaine amertume, combien le ton des échanges au bar virtuel de notre petit café des Sports, pouvait parfois déraper et manquer de courtoisie, de tolérance.

Selon moi, tous les avis sont bons à lire ou à entendre et ce même s'ils sont parfois exposés dans des registres langagiers très différents. Comme le disait un célèbre slogan publicitaire, l'important n'est-il pas ce qu'il y a dans la boîte ?

Tous les avis devraient ainsi pouvoir faire l'objet d'un débat contradictoire.
A l'opposé de ce qu'on entend trop souvent, changer de position n'est pas faire preuve de faiblesse mais d'intelligence en ce sens que, le plus souvent, cela résulte de la prise en compte d'éléments nouveaux ou simplement d'éclairages différents.
Le débat peut ainsi amener à affiner une opinion voire à en changer radicalement.
N'est-ce pas la marque d'une progression si chère à VK ?
Celle-là, au moins, serait clairement tangible.

Pour le dire autrement, s'asseoir à une table de discussion, même virtuelle, avec la certitude qu'on ne changera pas d'avis à la fin des échanges, est une perte de temps. Trop peu pour moi.
Comme disait Gabin, je ne sais pas grand-chose, mais ce que je sais, c'est qu'on ne sait jamais.
La référence est certes de celles que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître (c'en est une autre) mais elle n'a pas pris une ride.

Enfin et pour conclure sur ce sujet, tout avis, toute hypothèse n'ont valeur qu'au moment où ils sont émis, en fonction des connaissances présumées de l'instant et tout jugement ultérieur est tout simplement hors contexte.
Inutile donc de « monter » des dossiers que l'on pourrait ressortir à l'un ou à l'autre si le vent venait à tourner.

Mais trêve de moralités, parlons Ballon.

Le football, et c'est la tout son paradoxe, est pour le supporter ou  spectateur impliqué, une source d'émotions vertigineuses alors qu'il est en réalité d'une futilité presqu'absolue.

En effet, que le Sporting ou les Diables enfilent ou non les prestations convaincantes comme des perles sur un collier, cela n'aura au fond que peu d'influence sur nos vies, nous qui ne profitons ni de près ni de loin, des sommes astronomiques englouties dans l'univers du ballon rond.

Tout au plus, un but, une belle victoire, un bon match, un titre nous procurent-ils une joie intense pendant un moment relativement court et des souvenirs.

Même si le fan en attend souvent davantage, le football est avant tout un spectacle pour ceux qui assistent aux rencontres depuis leur salon ou leur siège vissé dans les travées de leur arène préférée.
Les uns et les autres consentent pour cela quelques sacrifices et puisent au fond de leur porte-monnaie pas toujours abondamment garni, une somme souvent conséquente pour accéder aux précieux sésames.
C'est qu'un abonnement cathodique ou une place dans le stade ont un coût substantiel auquel les fidèles de l'enceinte sacrée devront encore ajouter les dépenses consenties pour se déplacer et plus si affinités.

Dans cette perspective, les spectateurs ou devrais-je dire les clients, puisque c'est ainsi qu'ils sont vus par les clubs et leurs sponsors, sont bien en droit d'obtenir un minimum de retour sur investissement, à savoir une dépense totale d'énergie de la part des acteurs de terrain, ceux qui entassent des fortunes mirobolantes pour exercer ce qu'ils appellent le plus beau métier du monde.

Évidemment, certains verront toujours avec bonheur la bouteille à moitié pleine, là où d'autres se désespéreront de la voir à moitié vide. 
Toutefois, au Sporting, nous avons été tellement gâtés dans le passé par les succès et le football champagne, qu'il nous est devenu aujourd'hui presqu'insupportable de devoir nous contenter de cidre quand ce n'est pas d'une eau pétillante en manque de bulles.

Certains soutiendront avec une conviction parfois déconcertante, qu'avec beaucoup, beaucoup de temps comme disait Ariel, un druide génial parviendra à changer l'insipide boisson servie pour l'heure en divine cuvée de l'abbé Dom Pérignon.

Selon quelque récit sacré, pareille mystification se serait déjà vue, il est vrai, il y a fort bien longtemps.
A moins qu'il ne se soit agi que d'une illusion.

D'autres préféreraient quant à eux confier la mission de grand échanson du Sporting à quelqu'autre spécialiste en la matière qui, sans faire appel à des prétendus pouvoirs mystiques, remettrait au goût du jour, la bonne vieille méthode traditionnelle, celle par exemple prônée dans l'appellation de la commune voisine.

S'il fallait prier un Saint bruxellois afin qu'il accorde quelques  faveurs au Sporting, il serait en effet probablement plus judicieux de se tourner vers Gilles que vers Guidon.

Le monde est ainsi fait de nostalgiques, d'optimistes et de pessimistes.
Mais qu'en est-il des réalistes ?

Ceux-là, loin de toute spéculation, se contenteront d'observer les faits et de tirer les conclusions qu'ils imposent.
Et c'est bien là que le bât blesse !

Le Sporting a ainsi disputé 14 rencontres de JL cette saison.
Dans 3 matches, nous aurons atteint la mi-championnat.
Le bilan comptable est le suivant : 21 pts sur 42 possibles, soit 50%, une moyenne qui semble coller aux basques de VK depuis son retour en grandes pompes  à Bruxelles.

Pour mémoire :
Saison 2019-2020 43pts sur 87, soit 49,4 %
Saison 2020-2021 62 pts/120, soit 51,6 %

Le Sporting, contrairement à ce qu'on lit trop souvent, est donc d'une régularité exemplaire.

Cela peut-il être considéré comme étant suffisant ?

Chacun appréciera selon ses critères.
En tout cas, ces résultats ne sont certainement pas en rapport avec les moyens à disposition.
Pour rappel, le Sporting « bénéficie » tout de même des services de l'entraîneur de loin le plus coûteux du championnat, du 2ème noyau de la compétition en valeur marchande, du 3ème budget de la JL et de la meilleure école de jeunes du Pays.

Ce tableau de marche est-il au moins en accord avec les objectifs déclarés ?

Pour l'heure, le Sporting figure en 6me place, à 2 points de la 4me mais à 10 points déjà de la 1ère place qui, il faut le souligner, n'est pas détenue par le FC Brugeois mais par l'Union.
L'Antwerp et Bruges ont déjà pris 6 points d'avance sur le Sporting, un écart gigantesque quand on sait que le Sporting est pratiquement incapable d'aligner 2 victoires de rang.

Plus inquiétant encore, le Sporting est à 3 pts de la 11me place.

Si rien n'est mal fait et que tout reste encore possible, il est tout aussi clair que sans amélioration notable, le Sporting n'arrivera pas à se ranger dans le Top 4.
On remarquera aussi que le Sporting a remporté 5 victoires seulement dont 4 contre les équipes figurant parmi les 5 derniers de la classe.
A l'exception de la plantureuse victoire contre Malines, le Sporting s'est ainsi révélé incapable de battre la moindre équipe située parmi les 12 premiers classés.
 
Et dire que les 2 derniers nuls ont été obtenus miraculeusement…

Les objectifs prévoyaient aussi une participation à la Coupe d'Europe dès cette année.
L'histoire a tourné à la désillusion même si certains ont tenté de nous faire croire que la gageure avait été relevée.
Sans doute ceux-là, n'ont-ils pas pris en considération la définition du vocable « préliminaire » telle que mentionnée dans le dictionnaire.
J'espère qu'ils prennent toutefois la pleine mesure de la nuance dans leurs ébats amoureux. ;-)

Quoi qu'il en soit, si ce pseudo-parcours européen ne fut pas très intense, il fut certainement très bref.
Ainsi, après avoir disposé des modestes Albanais de Laçi, le Sporting s'est fait barrer l'accès en toute Vitesse à la version la plus Cheap des Coupes d'Europe.

Il nous reste la Croky Cup.
Après avoir lamentablement galvaudé un vrai ticket européen au profit de Genk l'an passé, les espoirs 2022 se tournent désormais vers la compétition chère aux amateurs de Chips.
Une victoire finale ne manquerait pas de sel et puisqu'on est dans la course, on a une réelle chance.
Toutefois, cette loterie car c'en est une, n'accouche malheureusement que d'un seul gros lot.
Elle exige du vainqueur qu'il réalise une série, le parcours sans faute.
Pas vraiment notre spécialité.
Bref, c'est pas gagné !

En conclusion, même avec la mauvaise foi dont certains ne manqueront pas de faire preuve, il est difficile d'admettre que pareil bulletin soit sanctionnable d'une modeste Satisfaction, situation d'autant plutôt difficile à accepter par les habitués aux Grandes Distinctions que sont les supporters mauves.

Évidemment, j'entends déjà la chanson poussée par les inconditionnels, "c'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens". Ils marquent là un point que j'équilibrerai dans la foulée par cette citation bien à propos d'Albert Einstein :

« La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent »

A partir du moment où ça fait 2 ans et demi que le Sporting tourne à une moyenne de 50% des points avec la régularité d'une horloge suisse, on se demande bien pourquoi il en irait autrement sans qu'aucune modification ne soit apportée.

Pour paraphraser Winston Churchill, ne vaut-il pas mieux prendre le changement par la main avant qu'il ne nous prenne par la gorge ?

Enfin, pour terminer ce billet, j'effleurerai un dernier thème, plus subjectif, j'en conviens.

Ne dites plus Process mais Progress !

Le mot en vogue particulièrement mis à l'honneur à la suite de la défaite à Deurne est assurément Progression.

Difficile d'évaluer objectivement la progression des joueurs sous l'aile de VK.

Toutefois, quelques éléments difficilement discutables peuvent être avancés.

A l'Antwerp, VK a titularisé 3 joueurs en prêt sec dont on ne peut pas dire qu'ils aient jusqu'ici fait des merveilles.
Si la question de leur progression reste ouverte et intéressante, il est toutefois permis de se demander au profit de qui ?
Dans le présent et à court terme, le succès de ces opérations est loin d'être une évidence.

Ce qui l'est, c'est l'absence d'opportunités offertes à des joueurs du cru de performer ou de progresser.

Refaelov, Raman et Trebel sont aussi des joueurs expérimentés et de qualité dont les contrats sont connus pour être lourds.
Doivent-ils progresser ?
Ne devraient-ils pas être les joueurs cadres autour desquels l'axe de l'équipe devrait-être bâti ?
Ne convient-il pas de tenter d'extraire le maximum de leurs qualités ?
Reconnaissons que c'est plutôt compliqué depuis la banquette ou la tribune.

Ce sont des choix et l'entraîneur est là pour les effectuer mais les juges de paix, ceux qui statuent sur la pertinence de ces choix ne sont-ils pas les résultats ?

En outre,  quand je pense à Sardella, Amuzu, El Hadj et Verschaeren, allez savoir pourquoi, ce n'est pas le mot « Progression » qui me vient à l'esprit mais plutôt Stagnation.
La remarque vaut aussi pour Murillo, Olsson et Hoedt pour lesquels j'irais même jusqu'à parler de Régression.
Pour Bogdan et Ashimeru, je parlerais d'Apparition tandis que pour Kana et Colassin, Disparition serait plus adapté.
Étrangement tous ces vocables riment avec Progression mais surtout avec Illusion, cette discipline si spectaculaire habilement exercée par de prétendus magiciens :

« La magie fait croire vrai ce qui est faux, et faux ce qui est vrai ; elle montre ce qu'il faut cacher et cache ce qu'il faut montrer ; elle fait du vrai avec du faux et du faux avec du vrai. Elle ment, mais c'est sa façon à elle de dire la vérité » (Rémi David)

Alors, à qui la baguette ?
 
COYM

Kargamel

Cet article vous a plu ? Merci de liker.
N'hésitez pas à laisser vos commentaires.

[email protected]

 
 
 
 

Source: © Source interne



anderlecht-online forum