Les humeurs du Bomber. Les joies du foot de plage!

DIMANCHE, 3 DÉCEMBRE 2023, 15:39 - Bomber
Anderlecht-Online No Image Found

OPINIONS Quoi qu'il puisse arriver ce dimanche, le Sporting sera deuxième à l'issue de la seizième journée de championnat, un classement dont n'auraient pas osé rêver les supporters les plus optimistes après la défaite humiliante à l'Union lors de la première journée de la compétition.
 
 

On ne peut évidemment que se réjouir de cette situation, mais ce mois de décembre sera celui de la vérité.
Si le Sporting sort indemne des trois semaines infernales qui l'attendent entre le 7 et le 27 décembre, il pourra, à juste titre, être considéré comme un prétendant légitime au titre de champion et gagner la coupe de Belgique pourra également constituer un objectif concret.
Certes, les Mauves auront l'avantage de jouer quatre fois sur cinq à domicile, mais affronter successivement le Standard à deux reprises, l'Antwerp, Genk et enfin le Cercle de Bruges ne s'assimilera pas à une partie de plaisir. Il s'agira de jouer avec intelligence, détermination et efficacité, car les occasions seront certainement moins nombreuses que celles qui nous ont été offertes par Westerlo.
Je ne me hasarderai pas à citer un nombre minimal de points à engranger durant cette période, mais en cas de flop total, Anderlecht pourrait rétrograder à la cinquième place, ce qui ne constituerait pas pour autant une catastrophe en soi sauf si l'Union devait continuer sur sa lancée actuelle. Les jaune et bleu pourraient vraiment s'envoler et creuser un écart difficile à combler même en divisant les points par deux au moment des playoffs.
Quant à la coupe, nos supporters vivraient difficilement une élimination face à l'éternel rival liégeois, en particulier après le scénario de la dernière rencontre jouée à Sclessin.
Après ce mois de décembre très chaud footballistiquement parlant, les joueurs pourront profiter de la trêve des confiseurs pour se ressourcer quelques jours. 
 
Ma trêve personnelle, je l'ai vécue fin novembre et je suis revenu dans la nuit de mardi à mercredi dernier d'une semaine de congé sous le soleil qui m'a fait le plus grand bien même si le choc thermique, dû à la perte d'une trentaine de degrés, fut assez vigoureux.
J'en ai profité pour retâter du ballon, ce que je n'avais plus fait une seule fois depuis mai 2018.
J'ai joué en compétition de foot en salle jusqu' à 51 ans avant de continuer à pratiquer ce sport que j'adore en dilettante le vendredi soir avec quelques amis.
Le problème était que les "vieux" répondaient de moins en moins à l'appel et qu'ils étaient remplacés par des gamins de moins de 20 ans. Et là, croyez-moi, il arrive un moment où l'expérience ne permet plus de combler la différence d'âge. Lorsqu'un ket vous met dans le vent, la balle est au fond des filets au moment où vous vous retournez. 
Nous avons donc décidé d'arrêter les frais et nous n'avons pas rangé nos crampons - ce n'est pas particulièrement indiqué lorsqu'on joue en salle -, mais nos godasses en nous promettant qu'on rejouerait de temps en temps entre nous.
 
Cinq ans et demi se sont écoulés et nous ne nous sommes plus jamais réunis. C'était prévisible et il est clair que la crise sanitaire due au Covid n'a pas arrangé les choses.
Je me suis donc rabattu sur le tennis, mais il n'y a rien à faire la petite balle jaune ne m'a jamais autant motivé que le ballon rond.
Je n'étais pourtant pas un joueur de génie, loin s'en faut, et j'étais bien meilleur sur grand terrain que dans les espaces réduits du mini-foot. Dribbler trois hommes dans un mouchoir de poche, ce n'était pas vraiment mon truc ; mon point fort était plutôt de pouvoir adresser une passe précise à 30 ou 40 mètres en un temps. Pas vraiment très utile en salle !!!!
 
Je n'ai donc pas pu résister lorsqu'il m'a été proposé de participer à un match de foot de plage.
Quand j'ai constaté la moyenne d'âge des autres participants, j'ai été tenté de m'enfuir, car même si le ridicule ne tue pas, je me disais que je n'allais pas en toucher une.
Contre toute attente, je n'ai pas été ridicule. Que du contraire !
La recette : jouer sur mes qualités avec sobriété, me placer intelligemment et m'adapter au terrain.
Cela se serait passé certainement moins bien sur du béton ou du synthétique, mais le sable fut mon allié. 
Les jeunes s'acharnaient à vouloir dribbler à tout vent. Pas évident quand on joue sur une plage. 
A 0-3, je n'étais quand même pas fier, d'autant plus que le premier but sur corner était consécutif à une faute de marquage de ma part.
Quand j'ai réduit le score, je me suis dit que "le vieux" était encore capable de mettre un but.
Après une heure de jeu, c'était 3-3 et l'arbitre a annoncé que le match s'arrêterait lorsqu'une équipe mettrait le quatrième but.
Deux minutes plus tard, j'enroulais une frappe qui terminait sa course sur l'angle du but et les adversaires faisaient de même sur la contre-attaque.
Mais ce n'était que partie remise, j'ai quand même réussi à mettre le quatrième au prix d'un sprint désespéré. Tandis que mes partenaires me congratulaient, j'essayais désespérément de retrouver mon souffle en pensant que j'allais mourir sur le terrain. 
Il fallait être fou pour jouer, à 61 ans, plus d'une heure sous un soleil de plomb, mais la passion de pouvoir retaper dans le ballon m'avait donné des ailes. 
Je ne m'en suis toutefois pas sorti indemne ; ma cheville gauche a été écrasée lors d'un contact assez musclé, j'ai reçu un coup direct sur la malléole du pied droit et mon gros orteil a été écrabouillé. Il me fait d'ailleurs toujours souffrir à l'heure où j'écris ces lignes. 
 
J'espère ne pas vous avoir ennuyé avec cette anecdote qui nous a éloigné de Saint-Guidon, mais j'avais envie de partager cette expérience avec vous, car l'essence même du foot, ce ne sont pas les compétitions internationales ni les sommes hallucinantes que gagnent quelques privilégiés c'est le plaisir de jouer quel que soit l'âge et le lieu. Plaisir que n'éprouvent malheureusement plus de nombreux joueurs dans un foot professionnalisé à outrance.
 
Et puis, maintenant vous savez pourquoi on m'appelle ... Bomber.
 
 

Source: © Source interne



anderlecht-online forum