Les humeurs du Bomber. Union 4 - Anderlecht 0!

LUNDI, 16 MAI 2022, 22:12 - Bomber
Anderlecht-Online No Image Found

OPINIONS J'ai préféré attendre très exactement 24 heures après la fin de la rencontre avant de transcrire mes humeurs tant mes sentiments sont contrastés entre cette nouvelle humiliation subie face à l'Union, la satisfaction de finir quand même troisième du championnat, l'émerveillement devant les résultats de l'Union tempéré par le manque de sportivité de cette équipe, les critiques incessantes envers Kompany, mes doutes sur ses capacités et, last but not least, la médiocrité de l'arbitrage en Belgique.

 

1. On peut invoquer toutes les excuses possibles et imaginables, les faits sont incontestables et cruels à la fois. Quand on est battu à quatre reprises par la même équipe au cours d'un championnat, c'est que l'adversaire est tout simplement plus fort. L'Union est redevenue - au moins l'espace d'une saison - le premier club de la capitale.
 
2. Même si le championnat s'achève comme il avait débuté lors du match inaugural, ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain.
Etant donné le contexte financier du club et l'immense chantier de reconstruction, terminer troisième derrière la révélation de la saison et le club devenu de loin le plus riche du royaume constitue une belle performance même si nous avons tous un goût de trop peu en bouche et que nous pouvons nous dire qu'il n'a souvent manqué qu'un tout petit quelque chose pour faire mieux. Cela arrive à tous les clubs l'une ou l'autre fois, mais ce fut malheureusement beaucoup trop fréquent dans le chef de nos Mauves.
 
3. Le parcours de l'Union suscite l'admiration même si les Jaune et Bleu ont régulièrement bénéficié du brin de chance leur permettant de se sortir de situations compliquées.
Felice Mazzu sait mettre en place un jeu simple basé sur un système défensif bien établi, un engagement physique énorme et des reconversions offensives fulgurantes. C'est un entraîneur exceptionnel pour une équipe de contre, mais je ne suis pas certain qu'il réussirait au Sporting et je suis curieux de voir comment évoluera l'Union la saison prochaine.
Ce qui me plaît nettement moins, c'est la propension de l'Union a joué trop dur et à ne pas hésiter à user et à abuser des pires ficelles connues dans l'univers du foot (perte de temps, simulations, provocations,…). A ce petit jeu, le gardien Moris nous a fait l'étalage de tous son savoir-faire.
Là aussi, on reconnaît la patte de Mazzu, dont les origines transalpines ont dû lui donner le goût de pratiquer le catenaccio.
 
4. Depuis des mois, je ne cesse de marteler que Vincent devrait être jugé sur les résultats. Même si la défaite de la finale de la Coupe de Belgique nous reste en travers de la gorge, n'en déplaise aux anti-Kompany, on termine troisième avec des moyens qui ne sont plus ceux du passé. 
Même s'il y aura encore énormément de boulot et beaucoup de choses à améliorer, l'objectif est donc atteint.
 
5. Ceci étant, même si je me refuse de vouer Kompany aux gémonies, je me pose bien des questions depuis près de deux ans.
Vincent réussit-il des prouesses avec un noyau talentueusement et mentalement faible ou, au contraire, manque-t-il cruellement de clairvoyance tactique en opérant des choix maladroits voire aberrants ?
En définitive, finir troisième constitue-t-il un exploit ou un gâchis ?
En toute humilité, je suis incapable de trancher ou, à tout le moins, d'avoir une opinion avisée sur la question.
En fonction des performances, j'oscille d'un extrême à l'autre, mais je ne dispose pas d'éléments tangibles me permettant d'avoir un avis pertinent en la matière.
Van Haezebrouck a-t-il fait mieux ? Que se serait-il passé si Vercauteren était resté entraineur ? Frutos n'a jamais reçu réellement sa chance et Weiler était très décrié par certains qui ne reconnaissait plus la « touche » anderlechtoise dans le jeu développé.
Le problème, c'est qu'avec Vincent ou un autre, il faudra encore reconstruire avec de nouveaux attaquants et quelques pertes probables parmi nos meilleurs joueurs.
Si le noyau tarde à être constitué, il faudra de nouveaux des semaines de réglage et on pourra rapidement dire bye-bye à l'Europe et même au championnat si l'équipe est rapidement distancée.
 
6. Je sais que certains n'apprécient guère mes remarques relatives à l'arbitrage.
Je me suis donc efforcé de ne plus trop réagir à chaud, mais d'attendre que le soufflé soit retombé avant de publier mes humeurs.
Je sais que l'arbitre est un être humain, qu'il a le droit de commettre des erreurs (comme en font les joueurs), que sans directeur de jeu, le football ne pourrait plus exister.
Je sais aussi que je suis un supporter et qu'il peut dès lors être particulièrement difficile d'analyser les phases avec impartialité et sans émotion, mais il n'y a pas de raison pour autant de ne pas évaluer la prestation de celui que l'on appelait autrefois l'homme en noir. A fortiori lorsque de nombreuses personnes vous ont demandé ce que vous avez pensé de l'arbitrage.
Je n'ai pas envie d'énumérer les décisions critiquables, mais Bram Van Driessche n'était pas mieux inspiré que les Anderlechtois hier soir.
Mettons directement les choses au point, le referee n'est aucunement responsable du naufrage collectif des Mauves, mais il a sans cesse pris des décisions inopportunes en ne sifflant pas des fautes manifestes, en punissant d'une carte jaune des joueurs que ne méritaient pas cette sanction et en se montrant très clément à d'autres moments.
Ne supportant pas l'antijeu, les simulations et les pertes de temps (qu'ils soient l'apanage de l'adversaire ou du Sporting), je n'ai pas compris sa complaisance vis-à-vis des Unionistes et, en particulier, envers leur gardien qui n'a cessé de gagner ou perdre du temps, selon le point de vue que vous adoptez.
Si l'on songe aux décisions encore plus discutables de Lawrence Visser lors de la rencontre entre l'Antwerp et Bruges, on est en droit de penser que la qualité de nos meilleurs arbitres laisse nettement à désirer, mais je ne vais pas m'étendre sur la question.
 
Cela fait 1h30 que j'ai débuté cette chronique qu'il est temps e conclure en espérant un dernier baroud d'honneur à Bruges dimanche prochain.
Certes, ce sera pour du beurre, mais même si cette victoire n'était que symbolique, j'aimerais autant qu'on reparte avec le sourire de la crémière.



 
 
 

Source: © Source interne



anderlecht-online forum