End of an era
Phóenix semper pérvivet

De Corte, Marcel

Etant donné son départ pour l'ancien Congo belge en 1954 pour cause de maladie, Marcel Decorte a vécu une carrière footballistique assez courte au Sporting et avec l'équipe nationale (3 sélections). Avec sa technique et sa classe à l'état pur, le souvenir de sa carrière en football reste très vivant. Au début des années 1950, tout le monde affirmait sans crainte que Decorte, sans oublier bien sûr Rik Coppens, était un des plus grands talents en Belgique. Decorte, né à Saint-Trond, mais joueur au Racing Genk, avait un style de jeu qui convenait plutôt bien au Sporting. Anderlecht offrit donc 5 joueurs en échange aux Limbourgeois: Pierre Figeys, Arnold Vander Eecken, Jean Wijns, Pierre Erroelen et Michel Van Vaerenbergh.

Au début, son intégration à Bruxelles ne se passait pas trop bien. Le jeune Decorte était tellement focalisé sur son propre talent individuel qu'il oubliait souvent l'aspect collectif du football, ce qui ne plaisait pas du tout à Jef Mermans. Finalement, son talent fit taire toutes les critiques et c'est dans l'ancien stade Emile Versé qu'il inventa avec Jef Mermans et Polyte Vanden Bosch le une-deux à la belge, ce qui allait faire d'énormes dégats dans les défenses de l'époque. Le match le plus brillant où il put montrer ses talents de dribbleur fut la rencontre amicale le 6 mai 1954 à l'occasion de l'inauguration du nouvel éclairage. Contre le Racing Club de Buenos Aires, Decorte se montra plus argentin que les Argentins eux-mêmes, où il concrétisa d'un but un une-deux avant la lettre avec Mermans. Le nom 'une-deux' ne sera officiel qu'après que le duo brésilien Pele - Coutinho en ait fait sa marque de fabrique.

Ce dont il se souvient le plus de sa période au Sporting, sont les nombreuses activités à Huizingen. "Eugène Steppé (secrétaire du Sporting) nous faisait toujours regarder des films de cowboy ou de gangsters, et il nous disait ensuite que c'était de la sorte que l'on devait se comporter une fois sur le terrain".

Même s'il n'a joué que quelques années à Anderlecht, il revint après sa blessure au club, où il fait partie du comité de prospection et s'occupe en compagnie de Roland van Ginderachter des entraînements individuels des jeunes qui s'étonnent encore de son excellente technique balle au pied.